La nuit jamais ne nous quitte, Else Smakalova

La nuit jamais ne nous quitteRésumé :

Else et Alain sont des amis d’enfance qui s’aiment d’une amitié amoureuse. Pris dans une relation quasi gémellaire, ils n’osaient s’imaginer vivre l’un sans l’autre, jusqu’au jour ou Alain est arraché à Else lors d’un accident, laissant une autre femme enceinte et une mère inconsolable. Vingt ans plus tard, Else tombe sur son sosie, Chris et ne peut s’empêcher d’être troublée. Des vies qui se croisent, qui s’enchevêtrent et s’accrochent au passage, qui se ratent. Quand le miracle de la relation fusionnelle se reproduit, le scénario n’est-il pas déjà joué d’avance?

 

Mon avis :

Else et Alain se connaissent depuis toujours ou presque. Leur relation est très forte. Amour? Amitié? Le lien est ténu.Chacun a sa propre vie amoureuse, pourtant c’est ensemble qu’ils vivent. Ils entretiennent une relation forte et ambigüe jusqu’au jour ou Alain meurt. Il laisse une jeune femme enceinte, une mère anéantie de chagrin et Else! Pour Else et la mère d’Alain, le monde s’écroule car leur vie tournait autour de lui.

Else est la narratrice de cette relation fusionnelle.Toute l’histoire est d’ailleurs quasiment centrée sur cette relation et sur Alain. Vingt ans plus tard, Else rencontre Chris, le sosie physique d’Alain. De la rencontre avec Chris, nous ne saurons rien, et rien non plus de la nature de sa relation avec Else. Ce qu’on sait juste c’est que le fantôme d’Alain fait toujours parti de la vie de Else.

Ce livre, c’est avant tout l’histoire d’un lien fort et puissant entre 2 êtres qui va au -delà de la mort. J’ai été destabilisé par les flashbacks anciens et plus récents à plusieurs dates différentes qui égrènent les chapitres. Je pensais lire l’histoire d’une rencontre avec des rappels du passé et je n’ai lu que du passé et la réaction face au décès d’un proche.Il y a peu de personnage et finalement, on en revient toujours à Alain, toujours présent dans le souvenir, 20 ans après sa disparation.

Je reconnais que je n’ai pas du tout été transporté par le récit et j’ai été plutôt spectatrice. On n’en sait pas plus sur Else, ni sur Chris. Par contre on en sait juste un peu plus sur la fin de vie de la mère d’Alain. Même si j’ai lu l’émotions et les sentiments qui unissent Else et Alain, je trouve qu’en tant que lectrice, je n’ai pas pu m’identifier à l’histoire. Celle-ci est peut-être trop intime et personnelle pour laisser quiconque s’interposer!

Je remercie Les éditions Publishroom pour cette lecture.