Demande à la maîtresse de Béatrice Ruffié Lacas

Demande à la maitresse Béatrice Ruffié Lacas Editions Les bas Bleus romanRésumé : Maîtresse à la vie comme à l’école, Camille déteste au moins autant les enfants que l’engagement amoureux. Trentenaire au caractère bien trempé, elle vole de bras en bras, avec une nette préférence pour les hommes mariés afin d’être certaine de ne pas s’attacher. Pourtant, sa rencontre avec Stéphane, directeur d’une école d’art, va mettre à mal ses certitudes. De petits bonheurs en déceptions, elle va alors se rendre compte que Stéphane n’est pas du tout celui qu’il prétendait être.

Mon avis :

Camille quasi trentenaire est maîtresse. A l’école comme dans sa vie privée! Elle fait un travail qui ne lui plait pas mais qui lui permet de faire son « marché » auprès des pères de ses élèves pour des cinq à sept. Camille les préfère mariés, cela suffit pour la bagatelle sans qu’elle n’ait à s’attacher! Jusqu’à sa rencontre avec Stéphane qui est …célibataire et cela contrarie ses plans! Mais il n’est pas vraiment celui qu’il paraît être.

Le résumé ne m’avait pas vraiment emballé, aussi, ai-je mis du temps avant d’ouvrir ce livre. J’aurais mieux fait de l’ouvrir plus tôt! En effet, dès les premières lignes, j’ai ri! Camille nous raconte sa vie de façon abrupte. Elle a la langue bien pendue…dans ses réflexions personnelles. Car tout le roman est constitué de ses pensées et il n’y a quasiment pas de dialogue. Camille est le seul personnage principal et même les 2/3 personnages secondaires n’interagissent pas vraiment.Ce roman aurait pu s’appeler les élucubrations de Camille. Elle a un regard plutôt acéré concernant son métier de professeur des écoles vacataire et sur les enfants en général. Elle m’a rappelé Bridget Jones par certains côtés notamment avec les hommes mais aussi dans son quotidien.Camille est une jeune femme moderne, actuelle. C’est une trentenaire indépendante qui entend bien le rester (ou pas!).

Je me suis prise d’une certaine affection pour Camille, pour sa fragilité qui transparaît sous une confiance affirmée de façade. Après tout, même si sa vie sentimentale semble lui convenir, au fond d’elle, elle aimerait bien aussi trouver l’amour même si elle ne se l’avoue pas!

J’ai apprécié ma lecture à l’humour grinçant et caustique, qui m’a fait sourire et rire. C’est un roman frais, qui change. L’auteure écrit bien, casse les codes de la littérature en proposant une anti-héroïne moderne à l’humeur revêche et grincheuse le plus souvent. L’écriture est toujours fluide et sans lourdeur. J’ai passé un très bon moment de lecture, cependant, je suis restée un peu désappointée par la fin que je n’ai pas trouvé très claire au niveau de l’épilogue. Si ce roman n’est pas un coup de coeur, j’ai passé un bon moment. Il sort des sentiers battus.

Cette lecture est en partenariat avec les éditions Les Bas Bleus qui propose encore une fois un roman différent, une bonne surprise.